ACCUEIL
DÉONTOLOGIE
RESTAURATION
OBJETS RESTAURÉS
PRESSE
CONTACT
 
20 place d'Estouteville
50300 Avranches
06 67 53 37 90
 
MON PARCOURS
2007
>> Concours Régional du prix S.E.M.A. (Société d'Encouragement des Métiers d'Arts - 2ème)
>> Lauréate Départementale du prix
S.E.M.A. Restauration et Conservation


2006

>> Création de mon atelier

2004
>> Diplômée de l'école Condé à Paris en restauration d'objet d'art option céramique
>> Obtention du TOEIC
>> Obtention d'un bachelor in restoration and conservation of work of art (option ceramic)


2001
>> Bac Littéraire, option Arts Plastiques

Langues parlées :

Anglais, Allemand, Italien.
RESTAURATION

Les étapes de la restauration :

Le nettoyage

Le nettoyage d’une céramique est important car cela permet la stabilité chimique de l’objet et sa conservation, tout en améliorant la lisibilité de l’œuvre et en la préparant aux prochaines interventions.

Il faut toujours bien réfléchir avant de faire cette action car elle est irréversible. Après un nettoyage on ne peut plus revenir en arrière quand on enlève un élément que l’on n'aurait pas du.

Un bon nettoyage permet de partir sur de bonnes bases dans la restauration, si celui-ci n’est pas bien effectué les étapes suivantes ne seront pas bien réalisées. Le restaurateur est donc le plus apte à pratiquer cette action.


La dé-restauration

Cette action consiste à enlever toutes les anciennes restaurations qui ont avec le temps mal vieilli.

On supprime grâce à différentes techniques les anciens adhésifs, agrafes, mastics ou repeints.


Le collage

Pour faire un collage on doit dans un premier temps choisir l’adhésif qui sera adapté au type de la pâte.

Les tessons sont assemblés avec du ruban adhésif posé en tension pour éviter les décalages. Après assemblage l’objet doit sécher pendant plusieurs heures.


Le comblement des lacunes et reconstitution de manques

Le bouchage est effectué à l’aide d’une pâte blanche de résine qui après séchage redonne de la solidité à l’œuvre, il améliore la lecture de la pièce et la rend plus esthétique, surtout pour les restaurations illusionnistes.

Les morceaux manquants sont reconstitués soit par des moulages ou par la sculpture sans jamais réinventer la forme manquante.

L’idéal est de faire un moulage sur une pièce originelle de la même manufacture ou bien de se référencer dans des ouvrages spécialisés.


Le ponçage

Une fois le mastic ou le matériau de bouchage durci, on le ponce avec un papier abrasif jusqu’à l’obtention d’une couche indétectable au toucher.

La qualité du ponçage est importante car c’est de celle-ci que dépend le résultat final.


La réintégration picturale

Avant de refaire les décors, nous devons retrouver la couleur de l’émail originel que nous vaporisons à l’aide d’un aérographe sur les parties poncées. Cette couleur ne devra pas recouvrir toute la céramique mais seulement la partie restaurée.

Une fois la couleur de l’émail reconstituée il faudra faire la retouche au pinceau pour reprendre le décor qui est par endroit manquant ou légèrement effacé. Pour se faire on utilise des pinceaux très fins.

La retouche au pinceau est toujours faite sans trahir l’œuvre originale, si des parties sont manquantes le restaurateur doit impérativement se documenter pour ne pas inventer un élément qui ne correspond pas au style de la céramique.

Pour que la retouche soit vraiment terminée, on applique un vernis transparent pour redonner un brillant qui égalera celui de la céramique.

Après un travail de restauration, il est vivement conseillé de ne pas se servir des objets de façon utilitaire.

 
© 2013 Valérie Morin Sogoba - Mentions légales - Création en 2 clics.com